Bloquer l’impôt sur les successions – protéger l’emploi !

Berne, le 9 décembre 2011

Message du PLR.Les Libéraux-Radicaux

Chers membres, chers sympathisants,

Le PS, Les Verts et le PEV rassemblent depuis quelques temps déjà des signatures dans le but d’instaurer un impôt fédéral sur les successions et les donations.Le texte prévoit d'imposer les héritages dès 2 millions de francs à hauteur de 20%, ainsi que les dons de plus de 20'000 francs.

Avec cet impôt, la gauche attaque directement notre portemonnaie, les entrepreneurs et nos emplois.

 

Le PLR s’engage à combattre cette initiative de toutes ses forces:

  • La Suisse taxe déjà fortement les revenus et le patrimoine des citoyens. La plupart des pays européens ne taxent pas le patrimoine. L’impôt sur les successions représente une imposition triple. Avec cette initiative chaque franc touché par l’impôt sur le revenu et sur le patrimoine sera une troisième fois imposé.
  • La transmission de l’entreprise (en particulier des PME) se retrouvera fortement remise en question car si les familles n’ont pas les moyens de payer l’impôt, elles seront forcées de vendre le fruit du travail de toute une vie. C’est un scandale!
  • La gauche prétend que cette initiative permettrait d’assainir l’AVS or c’est faux! Elle ne ferait que retarder l’échéance de sa faillite de quelques années. Il y a en réalité un problème structurel majeur et c’est à ce problème qu’il faut s’attaquer. En effet, il y a de moins en moins de travailleurs et de plus en plus de rentiers, ce qui nous mène vers un déficit croissant car la population suisse vieillit. Cette initiative n’est qu’un prétexte bon marché pour éviter d’entreprendre les réformes nécessaires.

L’impôt sur les successions n’est pas équitable et il est dangereux pour notre pays. C’est pour cette raison que le PLR engagera toutes ses forces pour combattre cette aberration.

 

Engagez-vous à nos côtés – par amour de la Suisse.

 

La Conférence des présidents de partis cantonaux (CPP) du PLR a défini la procédure qui doit permettre au parti d’élire un président à la succession de Fulvio Pelli. Le conseiller national tessinois ne se représentera en effet pas à la charge qu’il occupe depuis sept ans. C’est le 21 avril 2012 que l’Assemblée des délégués du PLR élira le président ainsi que les vice-présidents du PLR. La CPP a aujourd’hui défini le calendrier du processus de candidature ainsi que le profil recherché pour la présidence. Une commission de sélection, présidée par l’ancienne conseillère nationale Martine Brunschwig Graf, contrôlera le bon déroulement de cette procédure.

 

L’ensemble des informations concernant cette succession (calendrier, profil, commission de succession) est disponible à ce lien: www.plr.ch/praesidiumswahl.